Action : AVA (Aide aux Vieux Animaux)

 

L’origine de l’association Aide aux Vieux Animaux

Il y a plus de 30 ans, Maxime et Jenny Légier, un couple d’amoureux des animaux indignés par le sort réservé aux plus vulnérables d’entre eux, ont fondé en 1986 le refuge du Quesnoy, ne supportant plus de voir les refuges euthanasier les animaux qu’ils ne pouvaient placer. Ainsi depuis sa création, AVA vient au secours et protège ces vieux animaux, bovins, chevaux, chiens, chats et même daims, qui cohabitent harmonieusement. En 2003, les rennes de la Ferme ont été reprise par le Dr Thierry Bedossa, vétérinaire bénévole à AVA depuis 1990, lui-même intimement révolté par ces associations et refuges qui continuent à pratiquer ces mises à mort arbitraires et contraires aux principes élémentaires de bien-être et de bien-traitance. En collaboration avec Marie Volle et Laure de Saint Rémy, Alain Van Der Berghe et Philippe Pages, l’association était créée et s’efforce depuis de perpétuer le projet humaniste de ses fondateurs, en menant une réflexion centrale autour du bien-être et de la bientraitance des animaux, ainsi que du lien et de la relation entre l’Homme et l’Animal, et le vivant en général.

 

En quoi le refuge AVA est il un refuge différent ?

La mission d’AVA englobe à la fois la prise en charge d’un animal, la recherche de son équilibre, et le travail permettant sa réhabilitation. Le refuge AVA est un des plus grands refuges indépendants de France avec près de 500 protégés, précurseur dans son rapport au vivant, en ce qu’il intègre la compréhension de l’environnement et l’étude du comportement pour apporter à chaque individu les solutions les plus adaptées à son bien-être. Quelques années plus tard, l’arrivée de Fanette Barraya puis de Kosma Brijatoff ont permis de développer une bien meilleure réflexion et approche liant le bien-être des bêtes à celui des humains qui prennent soin d’elles, et qui présentent, finalement, les mêmes vulnérabilités.

 

Quelles sont ses missions fondamentales ?

Nous apportons une alternative à l’euthanasie des animaux vieillissants, séniles, handicapés, dangereux et agressifs, présentant des comportement gênants ou indésirables, ou souffrant de pathologies, en leur offrant autant que possible une retraite aussi paisible et sereine que possible à la campagne, avec des congénères, et choyés par des soigneurs passionnés.

L’euthanasie de ces animaux, qui sont des individus sensibles, intelligents, à la recherche d’une bonne vie, mais en situation de vulnérabilité, est encore bien trop souvent envisagée, même par les grandes associations de protection animale.

Nous apportons aussi un soutien indéfectible à une recherche scientifique éthique et indépendante, permettant l’acquisition d’une connaissance fondée sur des faits, et non seulement sur des opinions ou des émotions.

 

Au-delà du sauvetage et de l’accueil de ces animaux, une des spécificités du refuge est de rendre leur réhabilitation possible ?

C’est un nécessaire travail réalisé avec l’aide de 25 salariés, vétérinaires, comportementalistes, éthologues, éducateur canin et bénévoles : retrouver confiance en l’humain, les faire progresser à leur rythme, en pratiquant jeux et renforcements positifs, en prenant soin d’enrichir leur milieu et de les stimuler, c’est accompagner chaque animal vers un mieux vivre qui lui est propre.

 

AVA sera présent au séminaire Pet révolution : l’Animal en Marche. Quels seront les thèmes abordés ?

La refuge AVA a également pour vocation d’accueillir des projets d’études et de recherches scientifiques, être un lieu où les professionnels mettent en commun leurs connaissances, dans un esprit « think thank » et tourné vers la pédagogie et la transmission de savoir. Le séminaire est un de ces lieux de partage et de rencontre autour de cette interaction fabuleuse qu’est la relation Homme/Animal.

Un des thèmes qui sera abordé est le sujet sensible du « bien mourir ». Dans le prolongement de nos missions, et du fait de l’activité de « maison de retraite », nous sommes amenés à accompagner nos protégés durant leur fin de vie. Si nous défendons la vie, le droit de vieillir, entouré et accompagné tel un membre de la famille, il est de notre responsabilité de prendre la difficile décision le moment venu, de les aider à mourir dignement : rassurer, soulager, soigner sans basculer dans l’acharnement thérapeutique, distinguer des signes de mal être et faire en sorte de prolonger les petits moments de plaisirs le plus longtemps possible, jusqu’au bout. Faire que l’euthanasie soit seulement un acte d’amour.

 

Après 30 années au service des animaux, le refuge AVA est en difficulté, comment lui venir en aide ?

Une telle prise en charge d’un animal a un coût important, au-delà des seuls soins vétérinaires. Nous faisons appel à la générosité de tous les humanistes et tous les protecteurs des animaux pour faire un don, nous aider à nous faire connaître, devenir nos parrains/marraines ou mécènes, chaque geste compte pour nos protégés !

 

C’est avec beaucoup d’attention et d’affection que la Fondation Les Néréides Loves Animals suit de près cette association de coeur qu’est AVA ! Si vous aussi, vous souhaitez leur manifester votre intérêt et votre soutien, voici leurs coordonnées :

 

Association AVA

Ferme du Quesnoy

76220 Cuy Saint Fiacre

Un petit lien pour un grand refuge

www.avarefuge.fr

 

              

 

 

Don de 3.000 euros le 26 juillet 2017

Don de 3.000 euros le 15 septembre 2017

Don de 1.500 euros le 4 octobre 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je fais un don
à Les Néréides Loves Animals

Nos dernières news

  L’origine de l’association Aide aux Vieux Animaux Il y a plus de 30 ans, Maxime et Jenny Légier, un couple d’amoureux des animaux indignés par le sort réservé aux plus vulnérables d’entre eux, ont […]


La Fondation Les Néréides Loves Animals a le plaisir de mettre en lumière la cause qui lui est chère à travers le travail de la talentueuse photographe animalière Lou Bailly-Kermène.   Gloria Issue d’une formation […]


Créée en 1986 et reconnue d’utilité publique depuis 1992, le but de la Fondation Brigitte Bardot est de promouvoir et organiser la défense et la protection de l’animal domestique et sauvage tant en France que […]